• Bâtiment annexe de la mairie de SALOGO

  • Magasin de la mairie de PÔ

  • Salle de réunion de la mairie de PISSILA

  • Bâtiment de l’état civil de la mairie de TONGOMAEL

  • Bâtiment annexe de Dori

  • Salle d’accès de Tenkodogo

  • Bâtiment de l’état civil commune de Zorgho

  • Salle de réunion de la mairie de TIEBELE

  • Photo de famille des nouveaux maires du centre nord

 
 
 
Newsletter

S'incrire à la Newsletter

 
 
 
 

ACTUALITES

PTBA 2017 : seulement pour huit mois

Pour la huitième fois les membres du Comité de Pilotage du PACT( COPIL) ont tenu une session ordinaire pour délibérer sur la vie du programme. C’était à Ziniaré, dans la région du Plateau Central le 08 février dernier.


Vue du présidium à l’ouverture des travaux

La cérémonie d’ouverture tout comme les travaux ont été présidés par le secrétaire général du Premier ministère, président du COPIL, Monsieur Bamory Ouattara. Il avait à ses côtés le gouverneur de la région du Plateau central, le coordonnateur national, le coordonnateur national adjoint du PACT ainsi que le représentant de la Banque Mondiale, monsieur Serdar Ylmaz. ce dernier dans son intervention a indiqué que " la Banque Mondiale est très impressionnée par la situation actuelle du PACT", ajoutant que ce programme est en passe d’atteindre l’objectif de renforcement des capacités institutionnelle des 140 communes de sa zone d’intervention.


Monsieur Serdar Ylmaz lors de son adresse aux membres du COPIL

Toute fois, M Ylmaz a noté que des faiblesses persistent dans le domaine du financement de la décentralisation au Burkina. Selon lui "l’architecture du financement des collectivités territoriales a besoin d’une révision pour refléter les progrès sur le terrain et dans le monde " car a-t-il poursuivi, "le système de dotation globale au Burkina Faso n’est ni prévisible, ni stable, ni incitatif en faveur des collectivité territoriales"


La délégation de la Banque Mondiale pendant les travaux

Une inquiétude qui s’inscrit en droite ligne des préoccupations actuelles du gouvernement qui a engagé depuis quelques mois une réflexion sur de nouveaux référentiels de la décentralisation.
Lui succédant, dans son discours d’ouverture le président du COPIL a indiqué que le taux global de décaissement du PACT à ce jour est de 87,14% soit 26.903.292.064 FCFA. le reliquat à décaisser en 2017 est de 3.969.352.244 FCFA. La première phase du PACT selon M Ouattara aura permis de renforcer substantiellement les capacités des administrations centrales et des communes de la zonz d’intervention du PACT.


Une vue des membres du COPIL

Les travaux a proprement dits de la session du COPIL on aboutit des amendements et une adoption du rapport d’exécution 2016 et du Programme de travail et budget 2017. On notera au titre des principales recommandations que l’unité de coordination du programme est invité à accorder plus d’attention sur les résultats dans le rapport global. Et, en direction des communes qui éprouvent des difficultés d’absorption de leurs subventions le comité de pilotage a invité l’unité de coordination à initier des actions, en appui avec les gouverneurs, pour les amener à plus de célérité dans l’exécution de leurs dons subsidiaires.

La question est d’autant plus importante que le PTBA 2017 est prévu pour être exécuté en huit mois pour ainsi permettre le début sans reliquat de la seconde phase. Car il faut le rappeler, la huitième session s’est tenu dans un contexte de formulation de la phase 2 du PACT. Les concertations engagées entre le gouvernement et la banque Mondiale devraient permettre d’aboutir à une deuxième phase du PACT qui prendra en compte les autres régions du Burkina.